Parcours de vie
Aide aux aidants


Aujourd’hui, quatre millions de personnes en France prennent soin d’un proche dépendant, un conjoint, un parent âgé, qui ne peut plus effectuer de manière autonome les actes essentiels de la vie courante (se laver, s’habiller, se nourrir et/ou se déplacer), et de la vie quotidienne (faire ses courses, préparer ses repas, entretenir son logement).

Aider une personne fragilisée, malade, vieillissante, n’est pas toujours chose facile. Cela nécessite beaucoup de temps et d’énergie. Parfois, le moral s’en ressent, la solitude s’installe et la fatigue apparaît.

Pour aider les aidants familiaux dans leur engagement, le Groupe ACPPA développe des solutions pour rendre possible des moments de répits indispensables (Service à domicile, accueils de jour, hébergement temporaire) et soutient les initiatives de groupe de paroles.

Qu’est-ce qu’un aidant familial

L’aidant familial est « la personne non professionnelle qui vient en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne.

Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non et prendre plusieurs formes, notamment : nursing, soins, accompagnement à l’éducation et à la vie sociale, démarches administratives, coordination, vigilance permanente, soutien psychologique; communication, activités domestiques… »

Le répit, un droit fondamental

Le répit est le terme couramment usité pour désigner le temps libre que peuvent prendre les aidants et les personnes accompagnées.

Différents plans gouvernementaux, à l’instar du plan Alzheimer 2008-2012, ont intégré le droit au répit pour les aidants parmi leurs objectifs prioritaires. Les solutions proposées cherchent à répondre aux besoins spécifiques de chacun. Elles visent à permettre l’accompagnement des personnes en difficulté de vie tandis que les proches aidants peuvent disposer de temps libre.

Quelles solutions de répit 

Des solutions existent pour vous permettre de prendre du temps pour vous, tout en confiant votre proche à des personnes professionnelles :

  • Les accueils de jour
    Votre proche partage des activités avec d’autres personnes âgées à raison d’une ou plusieurs après-midi ou journées par semaine.
  • L'hébergement temporaire
    Votre proche est accueilli dans une structure où il bénéficie d’un accompagnement global, pendant quelques jours ou plusieurs mois si vous souhaitez vous absenter plus longtemps.
  • Les services d'aide à domicile
    Les services d’aide à domicile (SAD) peuvent intervenir pour aider les personnes âgées à faire ce qu'elles n'ont plus les capacités de faire seules : s’habiller, faire les courses, préparer les repas. Les aides à domicile peuvent aussi venir prendre le relais de l’aide apportée par les proches au quotidien.

Les aides financières pour les aidants

Les aidants peuvent bénéficier de certaines aides financières pour mieux assumer leur rôle.

L’aide financière aux aidants se traduit par différents dispositifs :

  • L’APA : si la personne dépendante est une personne âgée et qu’elle bénéficie de l’APA, peut choisir d’employer son aidant et de le rémunérer par le biais de cette allocation (sauf si l’aidant est le conjoint, le concubin ou le partenaire avec lequel elle est liée par un PACS).
  • Le CESU : la personne âgée doit déclarer son nouvel employé auprès de l’Urssaf ou utiliser le CESU (Chèque Emploi Services Universel). Ce dernier permet à la personne aidée d’obtenir des avantages fiscaux comme une réduction d’impôts et/ou l’exonération des charges patronales. Ce dispositif peut être une aide pour les aidants ne pouvant plus exercer d’activité professionnelle.

Les plateformes d'accompagnement et de répit

Dispositif du plan Alzheimer 2008-2012, la plateforme d’accompagnement et de répit est dédiée aux aidants d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées.

Elle a pour mission de leur apporter soutien et répit avec des propositions proches de leur domicile.

Quels sont les services proposés ?

  • Une écoute, des conseils et la participation à des groupes de parole d’aidants.
  • Diverses solutions de répit et/ou de soutien dont le répit à domicile, des séjours de vacances pour les personnes malades et les aidants, des gardes itinérantes de nuit…
  • Un soutien psychologique et si besoin, une formation pour permettre aux aidants de mieux gérer leur vigilance quotidienne au contact de la personne touchée par la maladie.
  • Une aide au maintien de la vie sociale et relationnelle afin de lutter contre le repli et la solitude, avec notamment des activités culturelles, physiques et artistiques.
  • Des informations et orientations vers l’offre existante en favorisant la rencontre avec les partenaires de proximité.